Cet article donne un exemple concret d’une étude de chaîne de valeur réalisée par Pierre Johnson, membre de l’International Value Links Association, et de son utilisation pratique. Les études de chaîne de valeur peuvent mettre en évidence une variété d’enjeux, à la demande, tels que : analyse la faisabilité d’un projet économique, identifier les enjeux  sociaux ou environnementaux et les stratégies pour les résoudre, etc.

De juin à septembre 2018, Pierre Johnson a mené une analyse de la chaîne de valeur du secteur de la décoration et des textiles d’intérieur en Indonésie pour le compte de CBI, le département du Ministère néerlandais de l’Économie pour le développement des PME dans les pays en développement. Avec cette étude, CBI visait à établir une étude de faisabilité afin d’aider l’Indonésie à pousser son secteur de la décoration et des textiles d’intérieur et à contribuer à l’intégration régionale de Kalimantan, Sumatra du Nord et des Petites Îles de la Sonde (Bali, Lombok, Sumba, Flores, Timor…) pour ces secteurs. Pour Transition & Coopération, c’était une bonne occasion de découvrir les savoir-faire artisanaux merveilleux et diversifiés des îles indonésiennes. Voici les principales conclusions de ce rapport :

Bien que les marchés représentés par la filière de la décoration d’intérieur soient mûrs, ils ont rapidement évolué au cours des dernières décennies en raison de changements de modes de vie et des tendances dans les pays importateurs. Ils sont donc devenus très compétitifs, deux facteurs qui rendent les compétences en gestion et l’approche du marché davantage nécessaires au maintien et à la croissance des PME locales. Depuis les années 1960, l’Indonésie a développé cette filière en un réseau souple, complexe et dense d’entreprises de fabrication, de sous-traitants et de travailleurs à domicile, avec des pôles d’entreprises à Java (Cirebon, Surabaya et Yogyakarta). Avec les changements récents et plus rapides de la structure et de la dynamique du marché, ce réseau s’est révélé moins réactif qu’avant. Des concurrents tels que la Chine et le Vietnam prennent des parts de marché importantes, en particulier dans les segments bas à moyens. Avec des coûts de main-d’œuvre plus élevés et une main-d’œuvre qualifiée, l’Indonésie ne peut rivaliser dans ce secteur qu’en ciblant les segments supérieurs du marché, grâce à une combinaison d’intelligence de marché, d’efforts de conception et de partenariats durables au sein de l’écosystème de fournisseurs, sous-traitants, fabricants et designers du secteur.

Les textiles d’intérieur représentent un secteur plus complexe et diversifié, allant des tapis au linge de cuisine, du linge de lit aux peignoirs. Difficile à appréhender dans son ensemble, il est clairement en croissance également. Forte de ses traditions riches et réputées en textiles tissés à la main, portés traditionnellement en sarong ou présentés lors de cérémonies, l’Indonésie peut clairement revendiquer des parts de marché pour certains des sous-secteurs du textile d’intérieur, correspondant aux caractéristiques techniques et à la valeur décorative de son secteur. Jusqu’à récemment, les adaptations à ce marché étaient limitées et prudentes. L’artisanat traditionnel impose ses contraintes physiques plus que éthiques: la taille des textiles tissés à la main est limitée par la taille des métiers, la production est limitée par le temps nécessaire au tissage et à la cueillette, à la préparation et à l’application de colorants naturels. Ces limitations rendent les petites pièces, telles que les housses de coussin, les couvre-lits, les glissières et les lancers, plus réalisables que les grandes pièces (couvre-lits ou rideaux, par exemple). Cependant, il manque dans les îles Nusa Tenggara Timor (NTT) le savoir-faire en matière de couture pour élaborer des produits finaux, tels que des housses de coussin. La valeur du tissage à la main et des motifs plein de sens montrent clairement que le textile des NTT doivent être considérés comme des produits haut de gamme voire de luxe.

Dans les deux chaînes de valeur, il est recommandé de développer l’intelligence du marché et d’établir des systèmes de gestion de la qualité efficaces. Le dialogue entre les parties prenantes est également important pour le secteur de la décoration, car il contribuera à définir des relations contractuelles équilibrées et des revenus équitables pour les salariés, ce qui constituera la première étape pour une responsabilité sociale effective dans le secteur. Les entreprises ont intérêt à proposer des contrats de travail plus attractifs, à sécuriser leurs effectifs et à encourager les compétences et l’engagement. Dans le secteur des textiles d’intérieur, le renforcement des organisations de producteurs est essentiel pour consolider cette filière émergente. Pour la compléter et proposer des produits textiles d’intérieur finis sur le marché, il sera nécessaire de créer davantage d’alliances commerciales entre ces organisations et des entrepreneurs sociaux et / ou des designers intéressés.

L’une des questions de cette étude était de savoir s’il était possible d’établir un lien entre les fibres naturelles et les textiles durables, en les considérant comme une seule et même chaîne de valeur, que l’on appellerait «design durable indonésien». Après une analyse approfondie des deux filières, la réponse à l’étude de chaîne de valeur menée par Pierre Johnson est assez claire : bien que certaines connexions puissent être établies, les deux chaînes de valeur ont une histoire, une dynamique et des besoins actuels différents. Leurs défis peuvent être exprimés à travers des catégories identiques (approche du marché, gestion de la qualité), mais les spécificités de chaque chaîne de valeur sont suffisamment différentes pour justifier leur séparation en deux chaînes de valeur spécifiques avec des analyses et des approches stratégiques différentes.

Extrait de : Value Links Newsletter, November 2018
International Value Links Association

Rapport complet disponible en ligne ici sur le site de CBI (en anglais).